Qui êtes-vous ?

Nathanaël, conducteur de train de 27 ans. J’habite en Savoie, au pied des Alpes. J’aime les jeux vidéo, la philosophie et l’écriture de manière générale.

Depuis quand êtes-vous passionné∙e par la papeterie ?

Je me suis vraiment intéressé à la papeterie en 2018, lorsque j’ai voulu avoir de beaux supports et outils pour écrire, que ça soit des notes ou des correspondances.

Comment est-ce arrivé ?

J’ai toujours aimé écrire, mais j’ai cherché une certaine simplicité. Je n’ai jamais apprécié écrire sur mon ordinateur alors je voulais utiliser quelque chose de plus traditionnel et authentique.

Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans la papeterie ?

Je ne sais pas vraiment ce qui me passionne le plus. Je pense que la papeterie reflète un savoir-faire qu’on ne pourra jamais substituer. Lorsqu’on s’intéresse aux différentes marques de papier et que l’on apprend un peu l’histoire de ces enseignes, on retrace une histoire de l’écriture vraiment passionnante. Donc je dirai que c’est l’histoire dont la papeterie est héritière qui me passionne le plus. Ensuite seulement viennent le produit et son utilisation.

Si vous étiez un instrument d’écriture :

Je suis absolument comblé par ma plume de la marque italienne Aurora. J’ai acheté un modèle limité, qui coûte déjà très cher, le Dante. J’aime tellement l’utiliser, avec une encre Iroshinzuku sur du papier Amatruda, italien lui aussi. Alors, je dirai tout bonnement un stylo plume, mais pas n’importe lequel et surtout bien accompagné.

Si vous étiez une encre :

J’avoue ne pas avoir essayé beaucoup d’encres différentes. J’ai surtout utilisé les encres Pilot Iroshinzuku, mais ce sont des encres utiles au quotidien qui n’apportent pas trop de folies. Alors une encre que j’apprécie tout particulièrement, mais qui n’est tout de même pas simple à utiliser est l’Émeraude de Chivor de chez Herbin. Je suis toujours sous le charme.

Si vous étiez un carnet :

Je pense que les carnets sont les produits que j’ai le plus utilisés et donc le plus essayé, car mon entrée dans la papeterie s’est faite par cette voie-là. Du simple Moleskine au GLP Création en passant par l’incontournable Traveler’s Notebook. Celui qui m’a le plus convenu est le carnet de notes Midori, avec la reliure qui s’ouvre bien à plat. C’est l’idéal pour les personnes comme moi qui ont besoin d’un support qui s’adapte partout pour pouvoir même écrire sur ses genoux.

Quel est votre article de papeterie préféré du moment ? Pourquoi ?

En ce moment, je m’essaye à la correspondance. Avec des membres de ma famille ou encore avec d’autres personnes avec qui je souhaite échanger des idées. Une fois de plus, je cherche une certaine authenticité alors je suis comblé par le papier et les enveloppes Amatruda qui offrent un certain charme. Je les ferme avec une belle cire à cacheter Herbin. Quand on reçoit ça dans sa boîte aux lettres, la poésie opère.

Dites-nous tout ! 😉 

Quand on s’intéresse avec plus de vigueur à la papeterie, on trouve toujours une page sur internet pour nous apprendre ce que l’on a besoin de savoir. Ainsi, on peut comparer de nombreux produits avant d’acheter. Trouver le papier dont on a besoin ou bien l’outil dont on a besoin. Autrement dit, lorsqu’on veut trouver quelque chose d’adapté, il suffit d’un peu de temps, mais ce qui est certain c’est qu’il existe quelque part ce que l’on recherche. En revanche, je trouve qu’il manque encore de pédagogie. Il manque une impulsion initiale qui permet à plus de personnes de se tourner vers la papeterie. Je crois qu’il faut que les acteurs du secteur expliquent aux profanes l’intérêt du papier et de l’outil, qu’ils racontent une histoire dans laquelle nous avons envie d’entrer. La papeterie reste, je trouve, un domaine assez réservé aux personnes ayant le désir de cette dernière. Il faut maintenant donner ce désir à un maximum de personne et le servir sur un plateau, ne pas attendre que le désir survienne. Il faut une mythologie de la papeterie, une douce poésie qui nous pousse à nous dire « je ne veux plus me contenter d’un support médiocre, je veux de la qualité parce que j’en ressens le besoin ». On voit que ces derniers temps les consommateurs recherchent de plus en plus la qualité et la proximité, il faut absolument participer à cet engouement.

Retrouvez Nathanaël sur les réseaux suivants :

INSTAGRAM : nom.dune.plume

YOUTUBE : Nom d’une plume